Amour de soi

Nous vivons dans un monde où le stress est inévitable, que cela soit pour une période donnée, un environnement de travail ou tout simplement une crise sanitaire comme aujourd’hui avec le Covid-19. La science s’intéresse de près à cette pratique ancestrale existant depuis -5000 av. J.-C., dans une optique de pleine santé. Comment la méditation pleine conscience nous aide à nous maintenir en bonne santé ? Les origines de la méditation Les premières représentations de méditation apparaissent vers – 5 000 av. J.-C. en Asie du Sud. Apportant ainsi la preuve qu’elle était déjà exercée dans la tradition hindoue comprenant les yogis et les sages de la culture védique. Au cours de l’histoire, la méditation est passée d’une pratique utilisée dans les cultes spirituels ou philosophique à une utilisation plus vulgarisée entrant dans le quotidien des Occidentaux devenant une pratique laïque. Aujourd’hui elle est utilisée dans le cadre scolaire, managérial, médical ou personnel. Le sens du mot méditation Le mot sanskrit bhāvanā signifie « cultiver », « prendre soin de », comme l’étymologie grecque qui fait dériver « méditation » de médio, « prendre soin ». Lorsque l’on prend le temps de méditer au prend soin de cultiver son « un-terre -rieur » nous nous relions à soi, à sa place dans le monde et nos interdépendances, un temps introspection et un temps pour  vivre / être le moment présent. Des pratiquants bouddhistes connus comme Matthieu Ricard ou des psychiatres comme Christophe André ont permis au grand public une vulgarisation de cette pratique. Toute fois Matthieu Ricard qui collabore régulièrement avecEn apprendre plus

Nous ne sommes parfois que des marionnettes au creux de l’univers, venu ici pour aider les autres à se voir et à se mouvoir pour évoluer dans leur humanité et exprimer leur spiritualité. J’entends par cela qu’il y a bien des fois au contact d’autre personne tu as l’impression de ne pas être toi. Toi l’être hypersensible aux énergies et au monde, tu deviens tour à tour dans la forme énergétique l’autre, celui que tu croises, celui que tu aimes mais aussi les peurs de l’autre. J’ai parfois expérimenté un état étrange, un jeu de l’univers dans ce théâtre qui s’appelle la vie, où je n’étais pas moi mais j’incarnais les pires peurs de l’autre et les croyances. Ne reconnaissant même pas mes comportements, mes pensées à ce moment-là, les choses sont comme dictées par plus grand que soit, nous rejouons inconsciemment à l’approche et au ressenti de l’autre ses plus grandes peurs, ses plus grandes blessures. Ces mêmes comportements qui nous sont étrangers avec les autres. Par exemple ne pas venir a un rendez-vous alors que nous sommes toujours ponctuelle, être très critique sur quelqu’un alors qu’on est quelqu’un de bienveillant. Certaines rencontres éveillent ou réveillent, des parts d’ombre chez moi pour éveiller la lumière chez l’autre. Nous sommes alors connectés âme à âme, inconscient à inconscient pour aider l’autre à résoudre une situation. Nous devons les marionnettes énergétiques de l’univers. Nous sommes alors dans nos contrats d’âmes, étranges, et parfois bousculant, un chemin parfois court, car nous avonsEn apprendre plus

Aujourd’hui aux vues des évènements dans ma vie, je suis face à l’effet miroir. Un peu comme Alice au pays des merveilles, qu’est ce qui se passe. Même si les évènements qui m’entoure réveiller des blessures inconscientes, la réaction en face est un écho parfait à cet effet. Quand en face les personnes t’accusent de leur propre comportement, qu’il essaye de te coller leurs défauts, leur problématique pour te blesser ou te décrédibiliser. Cela peu être flagrant ou pas. D’où l’importance de bien se connaître défaut et qualité. Quand l’autre regarde vers toi à travers « d’une flaque d’eau boueuse », tout est flou et rien n’est vrai dans les faits.   Pour ne pas être déstabilisé, il est important d’avoir assez de recul pour voir que la personne parle d’elle-même. En fait les 3 quarts du temps c’est ceux qui se passent, si l’on prend le temps d’écouter et de s’écouter lorsque l’on parle ou pense. Que ce soit dans une conversation banale ou l’expression d’une peur dans une situation sous couvert de bonnes intentions.   J’oublie parfois que c’est le cas humaine et spiritualité sont encore en dualité dans nos corps de matière. Il m’a fallu des années pour pouvoir faire le point sur mes émotions et réussir à prendre le temps de m’observer de l’extérieur, d’aller dialoguer avec les parties de mois blessés, en colère, la tristesse.  Ce qui drôle c’est que je discute avec moi, dans l’inconscient avec différentes parties à différents âges. Ayant comme guide en fonction des situationsEn apprendre plus